A deux doigts de tout, tout peut changer.

Publié le par Le Masque aux Fissures

De ci, de là, ça grouille d'une population recherchant aveuglément quelque chose dont elle ne connait même pas la nature. - Je vous offre un sourire? - Oh, avec plaisir ! - Allez, donne-moi de ton hypocrisie bon marché, laisse-moi l'emmagasiner !
Un discours muet, rien de concret. 
Hé, j'ai cherché, pourtant ! J'ai erré, en quête d'un inconnu, de l'abstrait, sans résultats. Je ne sais pas, peut-être ai-je mal cherché? Peut-être n'étais-je pas méritant? Hélas, j'en suis là, et las, également. Devant mes yeux, livre ouvert sur mon âme, sur ma vie, s'étend la ville. Mes pieds sur la balustrade, entre deux niveaux, attendent un jugement. Le bout de mes doigts s'accroche désespérément à ce bout de métal, seul rempart encore face à l'inévitable. Ma tête vacille, mes certitudes suivent. Il y a quelques instants encore, j'avais durci mon cœur d'une procession de réalités exacerbées qui semblaient alourdir encore mon être chancelant, le plongeant vers le gouffre. J'avais tassé, tout devait rentrer, tout devait s'amasser, tout devait fusionner. Pourtant, ces particules de vie, à mes pieds, ce mouvement incessant, c'était une lumière, malgré sa nature artificielle. Ces figures qui affichaient sourires et masques étaient malgré tout synonyme d'existence. Et la mienne d'existence, où en était-elle? Je croyais la mener à son paroxysme.
Ce fut une implosion, une éclosion. De cette tristesse, il sembla renaître dans mon âme un espoir, mince, infime, un bourgeon au commencement. Je fis un pas, et me laissai tomber, savourant la sensation d'avoir sous mes pieds le sol bien ferme, me délectant d'un soleil naissant. J'arborai un instant une moue dubitative, aurais-je vraiment pu? J'haussai les épaules, et rejoignis la civilisation avec l'espoir d'apporter ma touche, ma main, à ceux qui se rapprochent du gouffre. 
Tout se joue parfois de si peu qu'un rien est déjà beaucoup... 

Publié dans Un regard sur le Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article