Jusqu'à ce que seule, reste la montagne.

Publié le par Le Masque aux Fissures

Le vent semble me bercer, il se fait caresse sur ma peau, il exacerbe mes sens. Tu me disais dans un soupir ce n'étaient que tes pensées, ce souffle dans ma nuque. Pourtant, il n'est autour de moi que quelques pierres anciennes, déposées ici au gré du vent et des intempéries qui ont rongé d'antiques murs, pour n'en laisser que de rares vestiges. Face à moi, une immensité qui n'en démord pas, que je ne parviens pas à restreindre. Pourquoi le ferais-je d'ailleurs, lorsque je sais que tu es quelque part au milieu de cette immensité. Je guette, attendant l'instant propice où ce ne sera plus qu'un simple rêve, ce souffle dans ma nuque, mais où je pourrais sentir encore et encore tes lèvres effleurer ma peau.

Je sens en moi une fleur renaître. Je le vois autour de moi, lorsqu'elles s'épanouissent. Dans un soupir, elles s'ouvrent, déplient leurs pétales et brandissent leurs sépales. Ce mouvement d'une grâce incontestable fait écho en mon cœur, et tout autour de moi, c'est un véritable chœur. Car naissent dans les arbres bourgeons, chantent oiseaux et jusqu'à la moindre petite étincelle de vie. Tout frémit, tout revit. Et toi, tandis que je me perds dans ton regard, tu redonnes à ma vie un sens, tu es le souffle de l'existence, de mon existence.P1010236.jpg

Rien n'a changé à ma solitude, je suis toujours posté sur ma petite montagne, regardant le lointain. Le vent souffle encore, il semble vouloir murmurer quelques mots à mon oreille, mais je ne sais pas, tout n'est pas clair, si ce n'est ton visage, dans mon esprit. Peut-être t'attendrais-je encore, assis auprès de ma montagne... Jusqu'à ce que seule, reste la montagne. 

Publié dans Au gré de ma plume...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylviane Sarah Oling 26/03/2010 17:24


Toujours cette plume au souffle puissant, présage de temps nouveaux, apaisés . Que l'acte d'écrire demeure pour toi plus qu'une exigence, un souffle... Pas une réponse aux questions non encore
émergées, pas une tentative d'explication à ce qui n'en mérite aucune... Juste l'écriture pour guide et pour résonance avec le monde qui t'entoure. Tu n'es pas seul...puisque tu fais partie d'une
communauté universelle, les magiciens du Verbe!

Sarah


Le Masque aux Fissures 26/03/2010 17:54


Il le demeurera, Sarah. L'acte d'écrire est pour moi une nécessité, une action vitale, qui permet à mon être de trouver un équilibre, et mon âme un repos. Te parler a apaisé mes tourments. Je ne
saurais encore comment te dire merci, te montrer ma gratitude... Trop de questions perturbent, et il est difficile de se concentrer... Je vais d'ailleurs reprendre la plume, sans tarder, ça
bouillonne là-haut. Histoire de me considérer quelques instants comme, qui sait, un magicien du Verbe?