Les chimères souriantes

Publié le par Le Masque aux Fissures

Parfois, on pense avoir définitivement enfoui quelque chose. Un souvenir, une pensée, une personne, même. Mon souvenir me sourit souvent, ou plutôt me souriait souvent. Ce sourire avait le visage le plus doux et la personnalité la plus délicates qu'on eût pu trouver. Ce sourire, ce souvenir, c'était une fleur, c'était ma grand-mère, Rose.

On dit souvent que ce sont les meilleurs qui partent les premiers, je n'ai pas envie de plonger dans la vulgarisation, mais je ressens en moi le profond sentiment d'injustice qu'on m'ait enlevé si tôt celle qui savait mettre en liesse mon cœur de petit homme. Que dire de ces après-midi où, innocemment, je riais avec elle, ne sachant que ce seraient peut-être les derniers instants que je pourrais passer avec elle? Encore, je pleure, je ne parviens définitivement pas à faire le deuil, à mamieadmettre que ce n'est que dans un autre monde, un autre univers, que je pourrais à nouveau retrouver la sécurité dans les bras de cette femme au sourire radieux.

A nouveau, ce sont des mots qui semblent cloîtrés en mon âme... J'aurais tant aimé pouvoir lui dire que je l'aimais, moi qui n'en savais encore rien. Peut-être n'est-il pas bon de ressasser ainsi un passé sur lequel je ne peux plus rien, si ce n'est trouver quelques termes qui n'ont de sens que pour moi, post-mortem. Peut-être pourrais-je conclure également sur un simple je t'aime, mais j'aimerais faire simplement passer le message que chaque instant est précieux, et qu'on ne s'en rend souvent compte que trop tard. Je veux profiter de la vie, profiter de chaque minute, profiter de ceux qui sont encore là, pour n'avoir plus jamais à sentir sur mon âme le poids du regret.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Masque aux Fissures 20/04/2010 15:12



Oh, mon Féréro, quand j'ai lu ca j''ai pleurer, tu as tellement raison ! :)


Je ne sais pas mais tes paroles me consoles ! :)


Je t'aime fort mon féréro !