Ô Emoi...

Publié le par Le Masque aux Fissures

Ô émoi, toi qui m’emmure dans les affres !

Ô émoi, toi qui cloue ma bouche et mes lèvres !

Ne laissant de mes entrailles n’échapper ni lai

Ni brin de voix, mais un croassement bien laid.

 

C’est toi qui a marqué vivement de ton sceau,

Sur mon cœur abusé en lettres sanglantes,

La prophétie incroyable d’un renouveau,

Que je berce de ma ballade angoissante.

 

Et pourtant, l’espoir est un baume à mon âme.

Et pourtant, je ne convoite que tes baisers.

Sans cesse, je ne songe qu’à toi m’abandonner

Qu’ainsi soit, à moi dévoilé ton royaume.    



© Alexis S.D. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article