Violence et trahison.

Publié le par Le Masque aux Fissures

Chimères ! Sirènes ! Sourient, envoûtent, dévorent. L’Homme n’est qu’un mirage qu’il est vain de vanter. Acculé, dos au mur, les convictions volent inévitablement en éclat. Subsistent l’âme amochée, l’esprit sanglant, le corps laminé.

J’ai cru si longtemps, pauvre fou, qu’il restait de l’espoir. Qu’il soit infime m’importait peu, croyant qu’il n’appartienne qu’à nous de l’attiser et de le rendre plus fort. Mais chaque jour, chaque rencontre, chaque pas, réduit cet espoir au néant. Je croyais en ceux qui marchaient à mes côtés, mes compagnons de route au sourire enchanteur. Lorsqu’ils se sont effondrés, je les ai relevés. Lorsque j’ai chu, ils m’ont piétiné. Je croyais en leur sourire, je croyais en leurs paroles, je croyais en eux. Eux ne croient rien, agissent sans vergogne, mordent, blessent, tuent. Ils ont aspiré le dernier souffle de ceux que la compassion animait, les laissant agonisant, jusqu’à ce que la mort vienne les saisir. J'ai soif de vengeance, au nom de mes morts.

Assassins de vie, destructeurs de l’humanité, ils paieront tous. Un jour, justice sera rendue. Un jour, hurleront ces pauvres hères, dévorés par les flammes. Leurs corps décharnés s’embrasant comme de la paille, et laissant dans l’air une vague odeur âcre. De mes mains je les trainerai, de mes mains je les attacherai, de mes mains j’allumerai le feu purificateur. Et de mes yeux qui n’ont que trop pleuré, je verrai renaître l’humanité de ses cendres. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vincent Métivier 11/02/2011 19:14



C’est étrange, le béotien, lorsqu’il ne comprend pas quelque chose, devient immédiatement arrogant et agressif.


Ne saisissant pas l’essence de la pensée mélancolique, vous l’attribuez à un esprit malade, dépressif, suicidaire… – fidèle en cela à plusieurs siècles d’une docte recherche, d’où provient
l’origine étymologique de « bile noire ». Lamartine, de sa tombe, vous fait un pied-de-nez.   


Tout au contraire d’une démence, la mélancolie engendre une perception plus aiguë du monde, une acuité exacerbée de notre misérable vanité. Freud lui-même, puisque vous semblez aimer la
psychologie, l’avait mis en évidence.


Vous préférez railler ce qui vous échappe, sentant peut-être la menace que constitue la stupidité. En d’autres temps vous auriez été de ces inquisiteurs, de ces juges de morale iniques, qui
condamnent abruptement.


Gardez vos certitudes, elles rassurent, mais laissez les autres penser librement. Beati pauperes spiritu.       



Le Masque aux Fissures 14/09/2011 11:08



Par chance, on ne s'embarasse pas longtemps de celui-ci !



Dans la tempête 11/02/2011 18:29



Premièrement ce site n'est pas un site de rencontre alors la photo, plutôt inutile, est en option.


Le texte vide de sens, n'est qu'une lamentation pure et simple qui n'apporte rien. C'est un appel à la violence. La justice ne sert pas à prendre une revanche sur l'autre mais
à protêger l'intégrité de l'homme.... Ce n'est pas parce qu'un jour quelqu'un t'as dit que tu es moche ou stupide que tu dois avoir envie de le bruler. Une femme de soixante dix ans qui aurait
tout perdu pourrait tenir ce genre de discours mais un garçon pubert aux alentours de 18 ans cela frôle le pitoyable.


Quand à la fin, le pathétique devient presque illarant... J'allumerai le feu purificateur, dans le seigneur des anneaux la phrase pourrait passer venant d'un des allumés comme
Sorron. Et le summum... De mes yeux je verrai renaître l'humanité de ses cendres : franchement se prendre pour le modèle de l'humanité il y a un moment ou il faudrait se calmer un
peu...


D'après moi il reste deux solutions :


La première, un peu radicale certes : un bonne falaise.
La seconde, un peu moins efficace et modérée : voir un psy ou si il en existe déjà un en voir un second.


Bonne soirée.



Le Masque aux Fissures 19/02/2011 10:27



Bonjour,


 


En premier lieu, j'ouvrirais ma réponse avec une citation. "Charité bien ordonnée, commence par soi-même". Dans tes précédents commentaires, tu me reprochais des erreurs d'orthographes, de
syntaxe, je te conseille fortement de relire ce que tu viens d'écrire, tu vas certainement rire, ou pleurer, à voir.


 


En second lieu, quant au texte en lui-même, ce n'est pas un appel à la violence, c'est simplement l'expression de la colère, rien de plus, rien de moins. Je n'écris pas forcément pour faire du
beau, j'écris car j'en ressens le besoin. 


 


Pour finir, simplement, n'ayant pas envie d'accorder davantage de temps à ce tissu d'inepties, je dirais que tu dois être un tant soit peu masochiste, pour revenir me lire alors que tu n'aimes
pas ce que j'écris. Celui qui a besoin de réfléchir sur lui-même n'est pas toujours celui qu'on croit.



Vincent Métivier 24/01/2011 02:20



http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k107923q/f353 (p.347-349)



Le Masque aux Fissures 24/01/2011 10:12



C'est clairement cela...